ESERO France, toujours plus d'espace pour les professeurs et leurs élèvesUn programme éducatif de l'ESA coordonné en France par le CNES et ses partenaires

Formation continue
Les technologies spatiales pour sauvegarder la biodiversité

mai-juin 2022
2nd degré
1 jour

Comment peut-on observer l’évolution de la biodiversité marine depuis l’espace ?

Cette action propose de présenter comment les technologies spatiales permettent d’observer et de suivre la biodiversité marine.
Sur l’exemple du manchot royal, les participants pourront appréhender la façon dont le mode de vie de ces animaux est affecté par le changement climatique et découvriront comment les technologies spatiales permettent de le comprendre et de le mesurer. A l’aide d’un tutoriel sur l’utilisation de la plateforme de données satellites mise à disposition pour l’éducation, les participants pourront expérimenter  une mise en pratique d’activités réalisables en classe.

Grâce à cette action, les participants pourront :

  • S’approprier des connaissances dans le domaine des techniques spatiales : mesures satellites, localisation, modélisation.
  • Découvrir des ateliers scientifiques.
  • Rencontrer, échanger et collaborer avec des scientifiques

Pour en savoir plus, vous pouvez télécharger le guide du participant de la précédente édition !

Vous pouvez également télécharger le complément « Pour aller plus loin en classe » proposé par le service Éducation Jeunesse du CNES.

 


Lieu

CNES, Centre Spatial de Toulouse

 

Partenaires

ESERO France | CNES | CLS | CNRS


Intervenants

Ingénieure avec un DEA d’océanographie et météorologie, Danielle De Staerke fait partie du CNES depuis 1983. Elle a d’abord travaillé à la sous-direction Sol du CNES où elle participe à la définition de l’interface bord/sol d’Ariane 5 puis a été responsable du projet SAM, d’adaptation de la station météo de Kourou à Ariane 5. Elle a ensuite rejoint la division «Utilisation de la Station Spatiale», où elle a coordonné les activités du CADMOS, centre de mission pour la préparation et le suivi des charges utiles sur la station MIR (PEGASE, PERSEUS) et sur la navette (MEPHISTO, AGHF…). Aujourd’hui, Danielle est ingénieure au sein du Service Education/Jeunesse du CNES, et est responsable des projets éducatifs d’étude de l’environnement. Elle accompagne des missions satellites avec ARGONAUTICA, sur l’étude de l’océan et Calisph’Air, sur l’étude de l’atmosphère.

 

Après un DEA « Astrophysique et Technique Spatiales » et un DESS « Communication Scientifique », Vinca Rosmorduc intègre CLS : altimétrie radar (satellite Topex/Poseidon). Tout en gérant le centre de diffusion et d’information sur les données altimétriques Aviso pour le compte du CNES, elle s’est impliquée dans le développement d’outils de formation et d’utilisation des données pour l’Agence Spatiale Européenne, et également de la plateforme web de données Argonautica et les études de cas et tutoriels qui s’y trouvent pour le CNES. Aujourd’hui elle se concentre plus sur les aspects éducation/formations et communication scientifique, sur l’altimétrie sur les océans mais aussi sur les eaux continentales, sur d’autres techniques de télédétection (collecte et localisation Argos, radar à synthèse d’ouverture pour les cyclones…) et de modélisation marine.

 

 

Directeur de Recherches au CNRS, au Centre d’Etudes Biologiques de Chizé (CEBC-CNRS), l’objectif principal des recherches de Charles-André Bost est d’étudier comment les prédateurs marins parviennent à exploiter efficacement l’environnement océanique selon ses caractéristiques physiques et biologiques. Charles-André est également responsable du projet EU-BEST “Itaged”: Conservation of threatened top marine predators of the French Southern Territories, Identifying Threats And Getting Essential Data (ITAGED).Enfin, il est responsable d’un programme de recherche pluri annuel financé par l’IPEV (Institut Polaire Français) : Stratégies énergétiques des prédateurs marins (oiseaux et mammifères plongeurs ) et variabilité physique et trophique de l’océan austral

 

 

Gaëlle Darmon travaille comme Biologist Environment – Human interactions au CEFE-CNRS. Le CEFE est l’un des plus importants laboratoires de recherche en Ecologie en France. Le projet du CEFE vise à comprendre la dynamique, le fonctionnement et l’évolution du vivant, de «la bactérie à l’éléphant », et « du génome à la planète ».

 

 

biodiversité climat observation SVT

Informations complémentaires

Contact : Pierre Bonnefond

pierre.bonnefond@maisons-pour-la-science.org

Participer à cette formation

Cliquez ici